team


NOS INTERVENANTS
NOS PARTENAIRES

Les exigences de résultats, la recherche d’une productivité optimale font parfois oublier en chemin, à l’entreprise les ressources individuelles de ses collaborateurs et managers pourtant prioritaires dans le succès des projets et missions.
Un team intime a choisi l’art comme vecteur de communication et comme levier de réussite pour les managers et les équipes, partant du constat qu’il devient urgent de redéfinir un mode de pensée plus en adéquation avec l’urgence de la période et que davantage d’humanité devient nécessaire dans les modes de direction d’entreprise.
Les arts tel que la musique, la danse, le théâtre, le chant, l’écriture… deviennent des fils conducteurs, et nous permettent de délivrer, a partir de leur dérivées pédagogique, (Efficacité personnelle, Management, Coaching, Conduite du changement…) de nouvelles clés de comportement. Notre concept et nos méthodes favorisent par ailleurs l’assimilation de messages clés dans la mesure où les émotions et sensations corporelles sont fortement sollicitées permettant une meilleure intégration.
Nos prestations sont toutes réalisées par des spécialistes des arts qui ont tous une pratique doublée d’une véritable expérience au sein du monde de l’entreprise.

Réunissant autour d’eux des spécialistes et pédagogues dans les domaines de la musique, du chant, de la danse, de la peinture, du théâtre, de la photographie..., Yan Vagh, musicien et compositeur apporte la preuve par la pratique que les univers professionnels des arts de la scène et du monde de l’entreprise s’interpénètrent car l’humain, son corps, ses émotions, sa pensée et ses actes en sont les dénominateurs communs. Les arts de la scène deviennent ainsi, pour les participants à nos conférences, formations, et ateliers, le terreau d’où peut naître une perception fraîche et neuve de leurs métiers et missions...



NOS INTERVENANTS

Yan VAGH

Intervenant


Yan VAGH


La musique, au-delà de l’aspect « métier », a toujours été pour moi la porte d’accès à un mystère…



Entre Jimi Hendrix et Jean Sébastien Bach, ton cœur balance ?

Pas du tout, j’ai très jeune capté l’aspect universel du langage musical qui, au-delà des aspects culturels, véhicule des vibrations, des idées… du beau, du vrai comme dirait l’ami Platon. Je peux écouter des choses très populaires ou très expérimentales, tout me va à partir du moment où je reconnais de la qualité. Rock, jazz, classique, chanson et tout le reste, il y a du très bon partout.



Ton parcours en deux mots ?

Il en faudrait un peu plus tant il est sinueux et plein de surprises, rien d’académique en tout cas. Jeunesse rock suivie d’ études classiques complètes … en autodidacte ! Puis grande immersion dans le jazz et l’improvisation, créations pour la pub, la télé, le cinéma, pas mal de pédagogie, des concerts dans le monde entier( New York, Budapest, Londres, Le Caire, Paris, Berlin …), plein d’enregistrements dont 7 albums sous mon nom, des collaborations très multiples et depuis pas mal d’années cette activité croissante pour le monde de l’entreprise…



Est- il possible de rester « frais » avec toute cette expérience ? 

C’est ce que j’applique personnellement autant que faire se peut : garder l’esprit disponible et considérer que chaque expérience est un nouveau départ avec sa part d’inconnu. Heureusement, il y a des acquis mais c’est plus une forme de vigilance nécessaire à nos métiers de la scène pour ne pas tomber dans des habitudes de fonctionnement. C’est aussi tout le sens de la démarche de « Un Team Intime » : permettre aux participants de renouveler leur perception de leurs métiers en les décalant.



Quelques moments d’exception ? 

Oui, il y en a pas mal. Avoir jouer en concert de guitare seul sur scène au Queen Elisabeth Hall de Londres en est un. Mes diverses participations à « Autour de la Guitare » à l’Olympia en sont d’autres. J’ai souvenir de pas mal de moments magiques dans certains clubs de jazz où l’improvisation libre avec des partenaires vous mènent là ou vous n’aviez pas prévu d’aller ! J’ai aussi eu l’occasion d’écrire des musiques pour des orchestres symphoniques et çà, c’est assez incroyable. J’ai, bien sur, de fantastiques souvenirs d’ateliers, de conférences, d’animations pour les entreprises. Le plus fou d’entre eux a consisté à faire jouer 3500 percussionnistes au Palais des Congrés a Paris.



Le présent, l’avenir ? 

Il y a toujours ce hiatus intéressant entre mon métier de musicien et la pédagogie pour les entreprises. Avec Jessie G, co-fondatrice avec moi de « Un Team Intime », on a des projets communs dans l’artistique et simultanément dans le développement de nos concepts pédagogiques. J’ai aussi mon trio iconoclaste « Classical Animals » et des perspectives en solo avec un nouvel instrument révolutionnaire que j’ai fais fabriqué aux Etats unis… à suivre. 


Jessie G

Intervenant


Jessie G


DANSEUSE ET CHOREGRAPHE

Depuis que suis en âge de marcher, j’ai toujours dansé…



Alors, tu es une danseuse professionnelle ? 

Oui, je suis danseuse, spécialisée dans le hiphop mais je fréquente aussi d’autres styles comme la danse africaine, le jazz et le contemporain. Mon travail est très protéiforme, je peux danser en solo, duo ou dans une grande troupe de danse. Ce que j'aime avant tout c'est de pouvoir laisser libre cours à la création. 



Ce n’est pas trop dur, comme métier ? 

C’est très dur et exigeant mais très gratifiant quand on a l’impression d’avoir donné de soi même sur scène. Cela demande une énergie folle.

J'apprends encore et encore, chaque jour est différent, chaque projet est unique. 



Tu as toujours été danseuse ? 

Dans l’âme oui mais pas dans les faits. J'ai fais ma reconversion assez tardivement. J'ai un master de communication et publicité et j'ai beaucoup travaillé pour des agences et les entreprises. Mon domaine était l'événementiel et la communication. Aujourd'hui, j’ai le plaisir et la chance d’allier ces deux univers, l’art et l’entreprise, au sein de mon activité. Ces 2 domaines ne sont pas si éloignés que ça.

Il y a des ponts possibles et c'est exactement ces ponts là que nous franchissons avec Le Team Intime.



Quelques moments marquants ? 

J'ai eu l’occasion de participer en solo a une série de 10 spectacles au Casino de Deauville avec un gros travail de création chorégraphique, des changements de costumes constants etc... Entre mes souvenirs de spectacles de rue quand j’étais plus jeune et une récente prestation sur la scène l’Olympia de Paris, les expériences se suivent et ne se ressemblent pas ! En ce qui concerne la pédagogie, j’ai en mémoire une chorégraphie géante avec 1000 danseurs amateurs issus d’une grande banque dans l’amphithéâtre du Futuroscope de Poitiers et dans un cadre beaucoup plus intimiste, des workshops du Team Intime au sein d’un château bordelais avec une belle restitution à la fin. 



Comment ça s’apprend, la danse ? 

Je suis atypique, je n'ai fais aucune formation professionnelle dans une école. Néanmoins j'ai suivi des Masterclass en France, et dernièrement je suis partie à Los Angeles au sein de l'école Millenium pour y apprendre davantage de techniques. Le niveau est très élevé là- bas et cette approche de la danse est assez spectaculaire. Une vraie culture complète de la danse.

J'ai pris beaucoup de cours de danse et je continue. La technique se peaufine tous les jours. Il faut rester ouvert d'esprit, se surpasser et y croire. J'ai aussi donné et donne toujours des cours de danse et des Masterclass pour musiciens, ça marche très bien et c'est très gratifiant. 

Voici une citation que j'aime beaucoup : "On se lasse de tout, excepté d'apprendre".



Alors un "Team intime", c'est un mélange d'art et de pédagogie pour l’entreprise ?

Oui, avec Yan, on a cette forte expérience et une connaissance approfondie de ces deux univers. Créer un pont entre eux est devenu notre valeur philosophique, notre credo... Nous avons aussi une activité croissante dans le domaine de l’évènementiel, on monte de véritables spectacles très fouillés qui intègrent des interactions avec le public. Ce changement de « casquette » perpétuel est très enthousiasmant et rafraîchissant pour moi. 



Tes projets, ambitions, désirs ?

Continuer à développer parallèlement mes deux activités, la scène et l’entreprise, car elles sont devenues toutes deux indispensables et se nourrissent l’une de l’autre. 

"L'avenir il ne faut pas le prévoir, il faut le rendre possible"...


Jean-Felix LALANNE

Intervenant


Jean-Felix LALANNEQuand on parle de Jean-Félix Lalanne à ses débuts, c'est souvent en tant que "surdoué de la guitare". Après avoir touché sa première guitare à 11 ans, il donne moins d'un an plus tard ses premiers concerts solos.

Quand on parle de Jean-Félix Lalanne, on le décrit aussi comme un homme d'une très grande expérience dans le monde de la musique et dans l'accomplissement de grands projets ; Ainsi, tout récemment, en 2010, il est promu au grade de "Chevalier des Arts et des Lettres" pour l'ensemble de son œuvre en France et dans le monde.

Mais avant cette grande reconnaissance pour l'ensemble de son travail, il obtiendra de nombreuses autres distinctions :
- "Grand prix de virtuosité" de l'académie de guitare de Marseille à l'âge de 14 ans.
- "Licence de concert" du Concours National de guitare classique à 16 ans
- Nommé deux fois aux "victoires de la musique de film" pour la bande originale du film «Le Passage» avec Alain Delon, et plus récemment, en 2004, avec la bande originale de "Dédales" de René Manzor

Chef d'orchestre, instrumentiste, compositeur, auteur, écrivain, metteur en scène, arrangeur ou producteur, en véritable "touche à tout", Jean-Félix Lalanne cultive un itinéraire musical inclassable.
A ce jour, l'artiste, dont "le jeu s'apparente aux battement d'aile d’un papillon", a enregistré 25 albums sous son nom sans compter bien sûr ses nombreuses participations dans divers autres projets musicaux.
En créateur du très médiatique concept "Autour de la guitare", depuis plus de dix ans, sa grande maitrise des projets de grande envergure l'ont naturellement amené à participer à des conférences sur l'esprit d'entreprise par la mise à contribution de son expérience personnelle dans la très délicate cohabitation de la liberté de la création musicale et de la concrétisation dans les affres de la production.

François PATISSIER

Intervenant


François PATISSIER


AUTEUR

• Pour le cinéma :

- a travaillé comme co-scénariste sur les scénarios de 6 longs-métrages et 1 court-métrage , avec Malik Chibane, Jean-Yves Philippe, Flavia Coste, Fabienne Roumet

-  vient d’écrire et tourner un court-métrage (en lancement de diffusion) et d’en écrire un autre (en recherche de production)

• Pour le théâtre :

- a écrit et créé 4 pièces. La dernière étant ACTIVE LA VIE, comédie sur les rapports humains au travail.

- a adapté récemment des textes de Philippe Delerm pour la scène (en recherche de financement)

• Divers :

- Ancien cadre d'entreprise, a écrit une dizaine de pièces courtes sur mesure pour des conventions d'entreprise, colloques ou salons professionnels (dont Nissan, Chanel, Kraft-Jacob Suchard, Air France, C2R Santé...). Et le scénario d’un film institutionnel (Sennheiser)

- Prépare :

  > une série de programmes courts pour la télévision

  > un recueil de 5 nouvelles sur le thème du sport.



COMEDIEN-CHANTEUR

- étudie l'Art dramatique au Conservatoire de Rouen (Jean Chevrin) et à travers plusieurs ateliers et stages à Paris (Jean-Marie Richier, Lisa Wurmser, Anna Prucnal, Mario Gonzales, Suzanna Lastreto, René Loyon, Pascal-Emmanuel Luneau, Bruno Esposito...).

- joue autant les auteurs classiques que contemporains: La Fontaine, Molière, Maupassant, Montherlant, Karl Valentin, Botho Strauss, Virginia Woolf, Gripari., Grumberg, Levey, Ibos, Pennac.. fut entre autres Ragueneau dans Cyrano de Bergerac, avec Patrick Prejean et Petit Jean dans Les Plaideurs de Racine, sous la direction d'André Loncin. Tourne en ce moment « Petits soucis et grande misère », spectacle contemporain sur la bêtise humaine.

- comédien-chanteur dans des spectacles musicaux, comme Le Pays de Cocagne et l'Arche de Noé d'Anne-Marie Collin, devient Erik Satie dans une création musicale sur la vie de l'auteur, et a participé à la création de deux comédies musicales.

- Au cinéma, a joué dans des longs métrages (Malik Chibane, Fred Cavayé, Jacques Maillot, K.Kieslowski, L.Noël) et de nombreux courts-métrages (J.Y.Philippe, D.Flamand, Arscipro etc...).

 


Vulcano

Intervenant


Vulcano


à venir


Fabienne ACHARD

Intervenant


Fabienne ACHARDDouble expertise: communication / voix


Fabienne Achard possède un BSBA en publicité et communication. Après 15 ans passés dans la communication santé, elle fonde une agence de relation professionnelle qui s’intéresse plus particulièrement à la relation humaine médecin-patient.
En parallèle, elle développe sa passion pour le chant jazz, suit des cours et stages auprès de professionnelles telles que Michèle Hendrix, et se produit sur Paris.
Depuis 2006, elle se spécialise auprès de professionnels (phoniatres, orthophonistes, chanteurs lyriques) dans les techniques de la voix parlée et chantée.

Un parcours qui aujourd’hui la conduit naturellement à concilier les deux expertises, voix et communication, au service des entreprises, des particuliers et des professionnels de la voix.
Elle anime aujourd’hui des ateliers sur la voix parlée, des chorales en team building et des workshops ou voix et musique deviennent outils d’observation majeurs.

Références

Midas, Laboratoires Servier, Générali, Véolia, Société Générale, Johnson & Johnson jones Lang Lassale…

NE PAS TOUCHER

Intervenant


NE PAS TOUCHER


NE PAS TOUCHER


NOS PARTENAIRES

Patrice CARRIER



Patrice CARRIER*************************************************************************************************

Patrice Carrier dit Ritepac (prononcé Rytepac)

“Je côtoie l'art depuis tout petit...
• Mais quel a été le déclencheur ?
• L'arrivée de Flash dans le monde de la créativité
• OK. T'as fait une formation adéquate ?
• C'est compliqué, mais oui j'ai eu accès à une formation sur les prémices de Flash
• Pourquoi Flash ?
• Parce que cela permettait d'animer des objets ^^
• Euh... oui mais en tant que maquettiste. Ce que l'on peut appeler la rencontre "coup de bol" qui m'a fourni du travail durant 2 ans.
• Mais rien à voir avec l'animation...
• Eh non, mais étant très curieux et ayant un esprit capable de se caler sur la vitesse de la lumière, je m'adapte... je suis un caméléon.
• Et ensuite alors ?
• J'ai bossé comme "touche atout" dans une agence web.
• Tu as développé tes compétences du coup ?
• Pas trop non, j'en suis sorti épuisé et avec une une paralysie faciale afrigorée ^^
• Ah bon, mais tu t'en ai remis ?
• ben j'ai surtout pris 3 mois de vacances et je suis retourné à l'école à 26 ans avec crayon, gomme et trousse anarchiste.
• Et depuis ?
• Depuis je travaille en tant qu'indépendant dans le graphisme et le web.
• Où peut-on voir ton travail ?
• sur mon site web perso : http://www.ritepac.net et un gros projet en émergence destiné aux artistes : you-art-here.com
• Ritepac…Ton nom d'artiste ?
• Oui car patrice se transforme souvent en patrick, ou fabrice...
• L'avenir, c'est quoi pour toi ?
• C'est la plate-forme you-art-here.com, mon bébé numérique qui s'envole de ses propres ailes et qui fait bouger les foules :D

Jimmy RICQUEBOURG



Jimmy RICQUEBOURG*************************************************************************************************

Pourquoi la photographie?
• Alors! Je n'ai pas toujours été photographe. A 2 ans, j'étais modèle ;-)
C'est ce qui fait qu'à la découverte de ces clichées vers mes 12 ans, j'ai eu envie de faire de la photo. Attention!!!! Je dis bien de la photo, pas des photos. Nuance importante...

Une petite anecdote de tes débuts?
• Ah oui, mais vraiment mes tout tout débuts.
Une tante m'avait offert un appareil photo que j'avais bien entendu emmené en classe de neige. J'ai fait ma pellicule de 12 poses et une fois fait, j'ai sorti le film de la péloche, pour voir ce qu'il y avait dessus. Forcément, rien puisqu'il n'était pas développé et du coup, je venais de fusiller mes premières photos.

Tu as suivi quelle formation?
• Livre de poche Marabout... Essayez!! On y apprend plein de truc et même un métier.

Tu as appris le métier de photographe avec un livre de poche?
• Eh oui!! Les bases! Quand on est passionné, on apprend beaucoup en regardant, en lisant et... en testant.
A 20 ans, j'ai pu acheter mon premier appareil photo avec mon argent. C'était un Canon AE1 qui avait déjà au moins 15 ans, que j'ai toujours d'ailleurs.

Tu as bien évolué depuis tes 20 ans!? Comment en es-tu arrivé à ce que tu fais aujourd'hui?
• Bien évolué!?? J'espère!! :-)
Comment??? Eh beh.... Livres et...et... Internet. Outil fabuleux quand on sait s'en servir.
Ensuite, clubs et expos photos. Vacances et sorties programmées en fonction des photos qu'on peut faire. En fait, tout tourne autour de la photo.

Tu dors avec ton appareil alors?
• J'en suis pas arrivé là.... Il est froid, lourd et surtout très anguleux...

On peut voir ton travail quelque part?
• Eh bien internet!
Il suffit de taper mon nom dans un moteur de recherche, et la magie de l'internet, fait le reste.
Mais le plus simple reste encore d'aller directement sur mon site www.jimmy-ricquebourg.com

Tu as travaillé pour des magasines, je crois?
• Oh!! Chapeau! Je vois que tu t'es renseigné!
Oui! Un magazine de gastronomie qui m'a permis de pas mal bouger et de rencontrer des gens passionnés par la cuisine comme moi je le suis par la photo.
Egalement, dans lie milieu du sport, avec le magazine de la Fédération Française de Ball-Trap. En saison de compétitions, c'est beaucoup de déplacements et toutes les semaines dans des lieux différents, dans toute la France.
A part ça, des photos pour une revue spécialisée de moto allemande, pas mal de books d'artistes aussi, de l'événementiel, du corporate, des mariages, des spectacles et des projets qui fusent dans tous les sens, mais plutôt dans le but de monter une exposition photo axée vers l'artistique. Voilà pourquoi la nuance est importante entre de la photo et des photos. De la photo, c'est de l'art, et j'aime ça.

Benoît BASUYAU



Benoît BASUYAU*************************************************************************************************

Benoit Bazuyau dit Bazu

“Tout petit déjà je dessinais dans les marges de mes cahiers. 
• Euh.. tout le monde l'a fait…
• Oui mais moi c'était drôle. Ca faisait rire les copains…
• OK. T'as fait les beaux arts ?
• Non, des études d'Arts Graphiques
• C'est un truc pour être imprimeur ça …
• pardon, dessinateur publicitaire !
• OK OK. Si tu veux. Ensuite tu bosses j'imagine ?
• oui, à l'époque je suis maquettiste pour des agences de pub, des studio d'éxé, à Grenoble, à Lyon… J'ai dessiné pour le journal de l'OL.
• ???
• L'Olympique Lyonnais.. quand même. Pour Lyon Poche aussi.
• C'est quoi ce truc ?
• C'est un peu "l'officiel des spectacles" lyonnais. C'est Dubouillon, célèbre dessinateur qui m'avait refilé ces boulots
• Et aujourd'hui tu dessines toujours ?
• Je travaille en free lance comme graphiste, illustrateur, concepteur... Je dessine par exemple pour le journal de l'Hôtellerie-Restauration mais aussi pour des entreprises : des séminaires, des conventions, des dessins en direct pendant des séminaires j'adore !
• On peut voir tes œuvres quelque part ?
• Sur www.bazu.fr, un blog BD perso. Quand j'ai le temps (denrée rare), j'y dessine mes humeurs, des moments de la vie, l'actualité…
• Bazu…Ton nom d'artiste ?
• Oui j'aime bien, ça sonne bizu, ça fait djeune...
• Tu comptes éditer une BD un jour ? Un album ?
• Oui, j'aimerai bien, je ne sais pas quand, je ne suis pas pressé. Un jour peut-être.”